États-Unis : la Nouvelle-Orléans déclare l’état d’urgence après une cyberattaque

Plusieurs services publics de la Nouvelle-Orléans aux États-Unis ont dû revenir au papier et au crayon pour fonctionner. L’état d’urgence a été décrété.

Les cyberattaques contre les services publics se multiplient aux États-Unis. Dernière illustration en date avec la ville de la Nouvelle-Orléans, en Louisiane, perturbée par une attaque informatique de type rançongiciel depuis vendredi 13 décembre. 

Vers 5 heures du matin, ce jour-là, des pirates informatiques ont attaqué le réseau de l’administration de la ville. Comme le rapporte le compte Twitter de la ville, ces activités suspectes ont été repérées quelques heures plus tard par la municipalité. Par mesure de précaution, tous les employés ont dû éteindre leurs ordinateurs et l‘ensemble des services informatiques locaux ont été déconnectés d’Internet.

Les services municipaux sont perturbés depuis plusieurs jours. Comme les sites Internet et les serveurs de la ville sont inactifs, les fonctionnaires ont dû revenir au papier et au crayon pour effectuer leurs missions. La police est aussi impactée. Les services et les communications d’urgence ont été épargnés par l’attaque.

Devant l’ampleur des perturbations, la ville a finalement déclaré l’état d’urgenceun état d’exception normalement utilisé pour les catastrophes naturelles ou les incendies. « Toutes les ressources disponibles de la ville, ses conseils et agences ont pour ordre d’être réquisitionnées et utilisées par l’autorité d’urgence dans le but de fournir ou faciliter les services d’urgence pour faire face à l’urgence actuelle », peut-on lire dans un tweet officiel.

Les attaques se multiplient

La maire de la Nouvelle-Orléans, LaToya Cantrell, a indiqué que l’attaque était l’oeuvre d’un rançongiciel, un logiciel malveillant qui bloque les systèmes informatiques et les données jusqu’à ce qu’une rançon soit payée. La responsable de la sécurité informatique de la ville a également expliqué avoir observé une campagne de phishing. Pour l’instant, aucune demande de rançon n’a été formulée. La ville travaille avec le FBI pour déterminer l’origine de l’attaque.  

Ce n’est pas la première fois qu’une mesure exceptionnelle est déployée pour faire face à un incident de sécurité informatique. L’an dernier, le gouverneur de Louisiane avait déclaré l’état d’urgence à l’échelle de l’État à la suite d’une vague de demandes de rançon dans trois districts scolaires. Des villes de Floride et de Géorgie ont aussi fait les frais de rançongiciels ces dernières semaines. 

La France n’est pas épargnée. Le CHU de Rouenl’agglomération du Grand Cognac et un Ephad du Calvados ont essuyé des attaques informatiques récemment.

Source: RTL