Crise de l’hôpital : plus de 1000 médecins hospitaliers démissionneront le 14 janvier

« Les médecins hospitaliers ont eu beau sonner l’alarme, la rigueur est devenue austérité, puis l’austérité, pénurie », écrivaient-ils dans une tribune au JDD mi-décembre.

Ils sont prêts à mettre leur menace à exécution. Le 14 janvier, plus de 1000 médecins hospitaliers, dont 600 chefs de service, démissionneront de leurs responsabilités administratives, annonce ce jeudi sur Twitter le Collectif Inter-hôpitaux, qui dénonce depuis plusieurs mois le sort de l’hôpital.  

Une conférence de presse sera organisée le même jour à Paris pour expliquer « les raisons de cette décision et ses conséquences, ainsi que les demandes [des médecins] adressées à la ministre » de la Santé, Agnès Buzyn. « Des conférences de presse similaires seront organisées le même jour par les CIH [collectif inter-hôpitaux] des hôpitaux locaux », ajoute le collectif. 

Une tribune en décembre

Quelque 660 médecins hospitaliers du collectif avaient déjà menacé de démissionner dans une tribune publiée mi-décembre par le Journal du Dimanche, si le gouvernement « n’ouvr[ait] pas de réelles négociations pour desserrer la contrainte imposée à l’hôpital public ». 

« Les médecins hospitaliers ont eu beau sonner l’alarme, la rigueur est devenue austérité, puis l’austérité, pénurie », écrivaient les signataires du texte, venus de « toutes spécialités, de tous hôpitaux, de toutes régions ». Ils regrettaient que « le vrai ministère de la Santé [soit] désormais à Bercy ». 

« Les mesures gouvernementales se résument pour 2020 à moins de 300 millions supplémentaires, alors que de l’avis général, il manque 1,3 milliard d’euros pour répondre à la seule augmentation programmée des charges », poursuivaient les signataires. Dans les jours suivant la publication de cette tribune, le nombre de signataires avait explosé, pour rapidement atteindre 1000 médecins. 

Source: L’Express