Washington détaille ses sanctions contre Téhéran

Les États-Unis ont détaillé vendredi leur nouvelle salve de sanctions contre l’Iran. Après les tirs de missiles iraniens contre des bases américaines en Irak en réponse à l’assassinat du général Soleimani par un drone américain, Donald Trump avait finalement opté pour l’arme économique plutôt que militaire. Ces nouvelles sanctions visent l’industrie, mais aussi huit dignitaires iraniens.

Ces huit responsables iraniens sont impliqués selon Washington dans les tirs de missiles contre les bases américaines en Irak. Certains font déjà l’objet de sanctions américaines. Cette nouvelle salve vise aussi 17 producteurs de métaux et des sociétés minières, acier et aluminium, des composants militaires cruciaux pour la construction d’armement, assure le secrétaire au Trésor américain.

Mais selon de nombreux experts, l’effet sur le régime risque d’être négligeable, car « en matière de pression économique sur l’Iran, l’administration Trump est victime de son succès, explique l’un d’eux au New York TimesNous sommes déjà au bout de ce que nous pouvons faire en matière de pression économique maximale ».

La dernière série de sanctions américaines contre l’Iran remonte à décembre, elle visait la principale compagnie de transport du régime accusée d’envoyer des matériels destinés à la construction de missiles et au programme nucléaire, mais aussi de l’argent vers le Hezbollah libanais et le régime syrien.

Mais les principales sanctions visent le pétrole de la République islamique. En avril, Washington mettait fin à l’exemption accordée à 8 pays dont la Chine d’importer du brut iranien. « Nous avons confiance à 100% dans le fait que ces sanctions fonctionnent, assure le secrétaire au Trésor. Sans ces sanctions, dit Steve Mnuchin, l’Iran aurait récolté des dizaines de milliards de dollars. »

Source: RFI