Virus chinois. Un troisième cas confirmé en France, annonce le ministère de la Santé

Agnès Buzyn avait déjà annoncé deux cas en début de soirée. Une troisième contamination a été confirmée ce vendredi un peu après 23 h.

Le ministère de la Santé a annoncé ce vendredi soir peu après 23 h qu’un troisième cas de coronavirus a été confirmé en France. Plus tôt dans la soirée, la ministre de la Santé Agnès Buzyn s’était déjà exprimée sur les deux premiers cas de virus chinois (coronavirus 2019-nCov) détectés en France. Les premiers également en Europe.

Les trois patients hospitalisés, dont deux au moins s’étaient rendus en Chine, ont été placés en isolement.

Il s’agissait tout d’abord d’un patient hospitalisé jeudi à Bordeaux. Âgé de 48 ans, il a voyagé quelques jours en Chine. Il est rentré en France mercredi, puis il a consulté le lendemain (c’est-à-dire hier jeudi) dans les locaux de SOS Médecins.

L’homme présentait de la fièvre et une toux, deux des symptômes de la pneumonie causée par le coronavirus chinois. Il a confirmé qu’il arrivait de Chine, dont il est originaire. Le médecin lui a alors demandé s’il a séjourné ou a été en contact avec des personnes de la province de Wuhan, épicentre de l’épidémie, ce à quoi le patient a répondu par l’affirmative. C’est ce que raconte SOS Médecins Bordeaux sur son compte Facebook :

Le patient est pris en charge au CHU Pellegrin « dans une chambre isolée par des équipes médicales spécialisées dont la compétence en maladies infectieuses est internationalement reconnue », a fait savoir dans un communiqué à l’AFP le centre hospitalier, précisant qu’il « poursuit son fonctionnement normal » sans perturbation pour « l’accueil des patients ».

« Les professionnels de santé » du service « suivent les protocoles de protection en vigueur en portant (…) gants, masque et vêtements adaptés », a-t-il souligné.

« Du fait de notre fonctionnement, sur rendez-vous, il a croisé peu de monde dans la salle d’attente, moins de 10 personnes et se tenait lui-même à l’écart. Le risque pour les autres patients est quasi-nul », assure le porte-parole de SOS Médecins Bordeaux, Dr Karl Moliexe.

Selon le médecin, le patient en provenance du Wuhan se trouvait en France depuis « au maximum 24 heures » et avait transité par les Pays-Bas.

À l’isolement

Le patient bordelais a été hospitalisé le jour même pour une suspicion de coronavirus. Sa contamination a finalement été confirmée ce vendredi soir après l’analyse de ses prélèvements, a précisé Agnès Buzyn. Il est en chambre isolée de façon à ce qu’il n’ait pas de contact ultérieur, il va bien, a dit la ministre lors d’une conférence de presse improvisée ce vendredi soir au ministère de la Santé.

Un autre cas a également été détecté à Paris, a annoncé Agnès Buzyn sans pouvoir préciser l’âge du patient, ni son parcours. Ses tests sont positifs au coronavirus, a confirmé la ministre. Il est hospitalisé à Bichat, il est également à l’isolement, a-t-elle précisé.

Le troisième cas est un proche parent de l’un des deux premiers cas. Probablement le cas parisien car le ministère indique que les trois patients, ayant séjourné en Chine, sont actuellement hospitalisés dans des établissements de santé de référence (ESR), l’un à Bordeaux et deux à Paris. Toutes les mesures d’isolement et d’hygiène nécessaires ont été prises.

« Prendre sa température plusieurs fois par jour »

Les services de santé français vont désormais s’affairer à remonter l’histoire de ces patients positifs. D’après la ministre, celui de Bordeaux a été en contact avec une dizaine de personnes depuis qu’il est arrivé sur le territoire français. Des consignes vont être données à ces personnes : prendre sa température plusieurs fois par jour, appeler le 15 si l’on a des symptômes et rester chez soi pour l’instant pour éviter la propagation du virus.

Pour Agnès Buzyn, la période d’incubation du virus est probablement autour de 7 jours, entre 2 et 12 jours.

Un point d’information tous les jours

La ministre de la Santé précise qu’un point d’information sera fait tous les jours pour communiquer en toute transparence sur la situation et éviter que de fausses rumeurs se propagent sur les réseaux sociaux.


Le ministère de la Santé a annoncé ce vendredi soir peu après 23 h qu’un troisième cas de coronavirus a été confirmé en France. Plus tôt dans la soirée, la ministre de la Santé Agnès Buzyn s’était déjà exprimée sur les deux premiers cas de virus chinois (coronavirus 2019-nCov) détectés en France. Les premiers également en Europe.

Les trois patients hospitalisés, dont deux au moins s’étaient rendus en Chine, ont été placés en isolement.

Il s’agissait tout d’abord d’un patient hospitalisé jeudi à Bordeaux. Âgé de 48 ans, il a voyagé quelques jours en Chine. Il est rentré en France mercredi, puis il a consulté le lendemain (c’est-à-dire hier jeudi) dans les locaux de SOS Médecins.BFMTV@BFMTV

Coronavirus chinois: Agnès Buzyn déclare que deux cas ont été confirmés en France

L’homme présentait de la fièvre et une toux, deux des symptômes de la pneumonie causée par le coronavirus chinois. Il a confirmé qu’il arrivait de Chine, dont il est originaire. Le médecin lui a alors demandé s’il a séjourné ou a été en contact avec des personnes de la province de Wuhan, épicentre de l’épidémie, ce à quoi le patient a répondu par l’affirmative. C’est ce que raconte SOS Médecins Bordeaux sur son compte Facebook :

Le patient est pris en charge au CHU Pellegrin « dans une chambre isolée par des équipes médicales spécialisées dont la compétence en maladies infectieuses est internationalement reconnue », a fait savoir dans un communiqué à l’AFP le centre hospitalier, précisant qu’il « poursuit son fonctionnement normal » sans perturbation pour « l’accueil des patients ».

« Les professionnels de santé » du service « suivent les protocoles de protection en vigueur en portant (…) gants, masque et vêtements adaptés », a-t-il souligné.

« Du fait de notre fonctionnement, sur rendez-vous, il a croisé peu de monde dans la salle d’attente, moins de 10 personnes et se tenait lui-même à l’écart. Le risque pour les autres patients est quasi-nul », assure le porte-parole de SOS Médecins Bordeaux, Dr Karl Moliexe.

Selon le médecin, le patient en provenance du Wuhan se trouvait en France depuis « au maximum 24 heures » et avait transité par les Pays-Bas.

À l’isolement

Le patient bordelais a été hospitalisé le jour même pour une suspicion de coronavirus. Sa contamination a finalement été confirmée ce vendredi soir après l’analyse de ses prélèvements, a précisé Agnès Buzyn. Il est en chambre isolée de façon à ce qu’il n’ait pas de contact ultérieur, il va bien, a dit la ministre lors d’une conférence de presse improvisée ce vendredi soir au ministère de la Santé.

Un autre cas a également été détecté à Paris, a annoncé Agnès Buzyn sans pouvoir préciser l’âge du patient, ni son parcours. Ses tests sont positifs au coronavirus, a confirmé la ministre. Il est hospitalisé à Bichat, il est également à l’isolement, a-t-elle précisé.

L’hôpital Bichat à Paris où est hospitalisé l’un des deux patients. | ARCHIVES AFP

Le troisième cas est un proche parent de l’un des deux premiers cas. Probablement le cas parisien car le ministère indique que les trois patients, ayant séjourné en Chine, sont actuellement hospitalisés dans des établissements de santé de référence (ESR), l’un à Bordeaux et deux à Paris. Toutes les mesures d’isolement et d’hygiène nécessaires ont été prises.

« Prendre sa température plusieurs fois par jour »

Les services de santé français vont désormais s’affairer à remonter l’histoire de ces patients positifs. D’après la ministre, celui de Bordeaux a été en contact avec une dizaine de personnes depuis qu’il est arrivé sur le territoire français. Des consignes vont être données à ces personnes : prendre sa température plusieurs fois par jour, appeler le 15 si l’on a des symptômes et rester chez soi pour l’instant pour éviter la propagation du virus.

Pour Agnès Buzyn, la période d’incubation du virus est probablement autour de 7 jours, entre 2 et 12 jours.

Un point d’information tous les jours

La ministre de la Santé précise qu’un point d’information sera fait tous les jours pour communiquer en toute transparence sur la situation et éviter que de fausses rumeurs se propagent sur les réseaux sociaux.

Nous avons aujourd’hui les premiers cas européens, probablement parce que nous avons mis au point le test très rapidement et que nous sommes capables de les identifier, a estimé la ministre. Il faut traiter une épidémie comme on traite un incendie, très vite repérer la source et le circonscrire le plus vite possible a-t-elle encore déclaré.

Ne pas se rendre aux urgences, appeler le 15

Agnès Buzyn a noté qu’il n’était pas possible de contrôler les multiples voies pour revenir de Chine : on voit bien la difficulté dans un monde comme le nôtre de fermer les frontières, ça n’est en réalité pas possible.

Pour les voyageurs qui rentrent de Chine, il est important de se surveiller, et au moindre signe respiratoire ou si on a de la fièvre, il ne faut pas aller aux urgences, il faut appeler le centre 15 qui vient chercher le patient, a-t-elle insisté.

26 morts en Chine

La Chine a intensifié ses efforts pour contenir la propagation d’un nouveau virus tueur avec le confinement de plus de 40 millions de personnes. Le bilan officiel de la maladie causée par ce coronavirus apparu en décembre sur un marché de Wuhan, une ville du centre de la Chine, s’est encore aggravé vendredi, avec 26 morts.

Source: Ouest-France

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s