L’Allemagne annonce l’apparition du virus H5N8 « hautement pathogène » de la grippe aviaire

La peste africaine a décimé des millions de porcs en Chine ; le coronavirus touche des dizaines de milliers de personnes en Chine et dans le monde entier, et maintenant la grippe aviaire tue les poulets d’Allemagne.

L’Allemagne a signalé une épidémie du virus de la grippe aviaire H5N8 « hautement pathogène » dans une arrière-cour du sud-ouest du pays, a déclaré lundi l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), selon un rapport de Reuters. Le virus a tué 44 oiseaux sur un troupeau de 69 à Bretzfeld, dans la région du Bade-Wurtemberg, a déclaré l’OIE, basé à Paris, en citant un rapport du ministère allemand de l’alimentation et de l’agriculture.

« Toutes les volailles et tous les oiseaux captifs ont été abattus et éliminés en toute sécurité le 7 février 2020. Aucune volaille, aucun produit de volaille ou oiseau captif n’a été expédié », indique le rapport.

La bonne nouvelle : selon le BFR, il est peu probable que l’agent pathogène puisse être transmis à l’homme par l’alimentation (là encore, la Chine a également dit pendant environ un mois que la pandémie de coronavirus était contenue). La moins bonne nouvelle : même si seule la population de poulets d’Allemagne est touchée, cela pourrait faire grimper considérablement l’inflation alimentaire. A quel point ? Rappelez-vous qu’hier soir, la Chine a indiqué qu’en décembre, l’Indice des prix à la consommation pour le pays a atteint son plus haut niveau depuis 9 ans, soit 5,4 %, principalement en raison d’une augmentation de 100 % du prix du porc, la population porcine chinoise ayant été décimée par la « peste porcine africaine ».

Un cas de grippe aviaire H5N8 – à ne pas confondre avec l’épidémie de grippe aviaire H5N1 signalée dans la province chinoise du Hunan la semaine dernière – avait été confirmé chez un oiseau sauvage dans l’État du Brandebourg, dans l’est de l’Allemagne, en janvier, mais aucun oiseau des fermes n’était concerné, avait alors déclaré le ministère.

Contrairement à la Chine, cependant, cette fois-ci, l’épidémie virale n’a probablement pas pris naissance dans un laboratoire et pourrait avoir été importée d’un des voisins de l’Allemagne. Début janvier, la grippe aviaire avait été détectée chez les plus grands producteurs de volaille d’Europe, situés dans l’est de la Pologne. Reuters, citant les rapports des médias locaux, a déclaré que jusqu’à 40 000 dindes pourraient être abattues dans les jours à venir pour éviter une nouvelle épidémie. Il s’agit de la première épidémie de grippe aviaire depuis que la France a abattu 800 000 volailles pour empêcher la propagation du H5N8 en 2017.

Ironiquement, il existe une similitude avec l’épidémie de coronavirus en Chine : en janvier dernier, le diffuseur local Polsat a déclaré que « pour empêcher le virus de se propager, la police a bloqué les routes à proximité des fermes infectées. Dans un rayon de trois kilomètres, il peut y avoir jusqu’à 350 000 morceaux de volaille ». Hélas, tout comme en Chine, cette quarantaine n’a pas fonctionné non plus, mais maintenant le virus semble s’être propagé jusqu’en Allemagne.

Source: Aube Digitale

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s