Les pertes de récoltes au niveau mondial se succèdent : la pire jamais enregistrée en Australie

La production alimentaire mondiale est touchée de toute part, semble-t-il. En raison de conditions climatiques absolument folles, d’armées de sauterelles géantes en Afrique et au Moyen-Orient et d’une épidémie sans précédent de peste porcine africaine en Chine, la production alimentaire mondiale est bien moins importante que prévu.

Même dans les années les plus fastes, nous avons vraiment du mal à nourrir tous les habitants de la planète, et beaucoup de gens se demandent donc ce qui va se passer alors que les réserves alimentaires mondiales se raréfient de plus en plus. Les grands médias américains sont tellement obsédés par la politique en ce moment qu’ils n’ont pas accordé beaucoup d’attention à cette crise émergente, mais la vérité est que ce cauchemar grandissant ne fera que s’intensifier dans les mois à venir.

En Australie, les conditions ont été extrêmement chaudes et extrêmement sèches, ce qui a contribué à alimenter les terribles incendies de brousse dont nous avons été récemment témoins.

Et tout le monde savait que la production agricole en Australie allait être décevante cette année, mais il s’avère qu’elle va en fait être la pire jamais enregistrée

L’année la plus chaude et la plus sèche jamais enregistrée en Australie a entraîné une baisse de la production agricole, la production estivale devant tomber aux niveaux les plus bas jamais enregistrés, selon les projections officielles publiées mardi.

Le département de l’agriculture du pays a déclaré qu’il s’attendait à ce que la production de cultures comme le sorgho, le coton et le riz chute de 66 pour cent – les niveaux les plus bas depuis le début des enregistrements en 1980-81.

Le continent australien est considéré comme l’un des greniers du monde. Selon le ministère américain de l’agriculture, en 2018/19, l’Australie a exporté plus de 9 millions de tonnes de blé vers le reste du monde.

Mais en raison des incessantes mauvaises récoltes, l’Australie a commencé à importer du blé, et cela devrait se poursuivre dans un proche avenir.

Ainsi, au lieu d’aider à nourrir le reste du monde, l’Australie compte désormais sur le reste d’entre nous pour les aider à se nourrir.

Et ce qui se passe cette année n’a pas seulement fait tomber les vieux records. En fait, un économiste senior affirme que ce sera la pire production de cultures estivales que le pays ait jamais connue « par une large marge »…

« C’est de loin la plus faible production de cultures d’été de cette période », a déclaré à l’AFP Peter Collins, un économiste senior de l’organisme statistique du département ABARES.

Bien sûr, si le reste du monde se portait bien, nous pourrions certainement survivre à un ralentissement en Australie.

Malheureusement, ce n’est absolument pas le cas.

En ce moment, des milliards et des milliards de criquets dévorent avec voracité les fermes en Afrique de l’Est et au Moyen-Orient. Comme je l’ai expliqué l’autre jour, des armées de criquets géants, de la taille des grandes villes, parcourent jusqu’à 160 kilomètres par jour pour chercher de la nourriture. Quand ils descendent sur une ferme, toutes les récoltes peuvent être consommées littéralement en 30 secondes. C’est un cauchemar aux proportions épiques, et les responsables de l’ONU nous disent que cette crise ne fera qu’empirer au cours des deux prochains mois.

En Ouganda, l’armée a été appelée pour aider à combattre ce fléau de criquets, mais cela ne change pas grand-chose

Sous un soleil matinal chaud, des dizaines de soldats fatigués regardent avec insistance les millions de criquets jaunes qui s’élèvent dans le ciel du nord de l’Ouganda, malgré les heures passées à pulvériser la végétation avec des produits chimiques pour tenter de les tuer.

Du haut des karité, des champs de pois et de la savane d’herbes hautes, les insectes s’élèvent dans un murmure hypnotique, disparaissant rapidement pour semer la dévastation ailleurs.

Le moyen le plus efficace de lutter contre ces essaims de criquets est de les arroser d’insecticide depuis le ciel, mais même cela ne donne que des résultats très limités.

Mais au moins, c’est mieux que de ne rien faire.

L’ONU essaie de réunir beaucoup plus d’argent pour faire décoller plus d’avions, car si rien n’est fait, le nombre de criquets « pourrait augmenter jusqu’à 500 fois d’ici juin »…

L’ONU a déclaré que 76 millions de dollars sont nécessaires immédiatement. Mardi, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, lors d’une visite en Éthiopie, a déclaré que les États-Unis donneraient 8 millions de dollars supplémentaires à cet effort. Cela fait suite à un précédent don de 800 000 dollars.

Le nombre total de criquets pèlerins pourrait être multiplié par 500 d’ici juin, lorsque le temps plus sec commencera, selon les experts. D’ici là, on craint que de nouvelles pluies dans les semaines à venir permettent de fournir de la végétation nouvelle pour nourrir une autre génération d’insectes voraces.

Dans l’ensemble, ces criquets affectent des nations « dont la population combinée atteint près de 2 milliards d’habitants », et la quantité de nourriture que ces criquets détruisent est sans précédent.

Dans le même temps, la Chine a été confrontée à la pire épidémie de peste porcine africaine de son histoire.

La peste porcine africaine n’affecte pas les humains, mais elle se propage dans les cheptels de porcs comme un feu de forêt. Il n’y a pas de vaccin, il n’y a pas de remède, et une fois que la peste porcine africaine commence à infecter les porcs dans une certaines zones, la seule chose que l’on puisse faire est de tuer le reste du cheptel porcin pour éviter qu’elle ne se propage ailleurs.

Malheureusement, la Chine n’a pas été en mesure de maîtriser cette épidémie, et les pertes ont été considérables.

Selon le New York Times, le nombre de porcs qui ont été abattus en Chine équivaut déjà à « près d’un quart de tous les porcs du monde »…

La maladie a été signalée pour la première fois à Shenyang, dans la province de Liaoning, au début du mois d’août 2018. Fin août 2019, la population porcine totale de la Chine avait diminué d’environ 40 pour cent. La Chine représentait plus de la moitié du parc porcin mondial en 2018, et l’épidémie y a tué à elle seule près d’un quart de tous les porcs du monde.

Mais bien sûr, la Chine n’est pas la seule à être confrontée à la peste porcine africaine.

En fait, des cas de peste porcine africaine ont été identifiés « dans 50 pays » et les éleveurs de porcs américains ont une peur bleue de ce qui pourrait arriver si cette maladie commençait à se propager dans le pays.

En raison de cette crise, les prix du porc en Chine ont explosé et de nombreuses familles ne peuvent plus du tout manger de porc.

Jamais auparavant dans l’ère moderne, nous n’avons vu apparaître simultanément autant de menaces majeures pour la production alimentaire mondiale.

Plus de 7 milliards de personnes vivent aujourd’hui sur notre planète, et nous devons être en mesure de produire suffisamment de nourriture pour nourrir tout le monde.

Si nous n’y parvenons pas, les prix des denrées alimentaires commenceront à être très élevés et les habitants des régions les plus pauvres n’auront tout simplement pas assez de nourriture pour nourrir leur famille.

Source : Michael Snyder,The Economic Collapse

Traduction: Sott.net

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s