Prier la bonne prière

Aujourd’hui, nous voyons des choses se produire qui nous bouscules énormément. Par exemple, l’apostasie qui grandit dans les églises, les faux enseignements, les faux docteurs, les faux-prophètes, les guerres, les catastrophes et plus récemment nous vivons une épidémie du Coronavirus qui est en train de grandir. Beaucoup se laisse prendre par le filet de la peur et prie mal.

Pour commencer, qu’est-ce qu’une bonne prière, une prière juste ?

Pour répondre à ça, je vais prendre la prière du Notre Père, cet enseignement glorieux et magnifique de notre Seigneur, et je vais la décortiquer afin que nous puissions faire une prière juste, sans obstacles qui touche directement le Cœur du Père.

Notre Père qui est aux Cieux.

Déjà, prenons conscience que lorsque nous prions, nous nous adressons à notre Papa Céleste, qui est Celui qui est Dieu 3 fois Saint, souverain sur toute chose et Créateur de tout.

Nous avons tendance, au fil de notre marche chrétienne à banaliser le nom de Dieu et surtout son statut. Pourtant, n’oublions pas que :

Tu ne prendras point le nom de l’Eternel, ton Dieu, en vain ; car l’Eternel ne laissera point impuni celui qui prendra son nom en vain. Exode 20 :7

Bien sûr, Il est notre Papa, Il est notre Père, mais avant toute chose : Il est Dieu. Donc lorsque nous priions, commençons à prendre conscience que nous nous adressons à Dieu et pas simplement à une personne lambda.

Que ton nom soit sanctifié

On rejoint ici le point précédent. Sanctifier, veut dire « à part », « pure », « sans péché ». Autrement dit, lorsque nous priions, et afin que notre prière atteigne le Cœur de Dieu, il nous faut obligatoirement passé par la case « lavage » par le Sang de l’Agneau.

On prend trop souvent cela à la légère, tous autant que l’on est, mais pourtant c’est quelque chose d’extrêmement important. On ne peut s’approcher du Père si on rejette, on méprise, ou on insulte le Sacrifice de Jésus à la Croix. Vous pouvez être sûr que si vous êtes dans ce cas, la prière n’aura pas l’effet désiré.

Le nom de Dieu doit avant tout chose être sanctifié dans nos vies lorsque nous nous adressons à Lui.

Que ton règne vienne

Et là je m’attaque directement à un sujet sensible dans le milieu chrétien (avec le point suivant). Lorsque nous nous adressons au Père, il nous faut prendre conscience que nous appelons également le Règne de Dieu sur terre. Sur terre bien sûr, mais aussi dans nos vies.

Pourtant, trop souvent, nous prenons Dieu comme étant une banque, on vient, on prend et on part. C’est vraiment comme si Dieu nous devait quoique ce soit et nous le devais tout de suite. Non ! Encore une fois Dieu est Dieu. Je crois qu’il est nous ai nécessaire de rentrer en nous-mêmes, de nous analyser et demander pardon si jamais le Saint-Esprit nous montre qu’à tel ou tel moment nous avons péchés et contre qui. Lorsque qu’on appelle le Règne de Dieu, nous commençons à l’appeler dans nos propres vies avant tout et là vient le point suivant :

Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Quand on parle de règne, on parle aussi mais surtout de Volonté. Encore une fois, nous nous adressons à Celui qui est Souverain sur toutes choses. Pourtant, trop souvent dans nos vies, nous agissons sans demander à Dieu si c’est bien Sa Volonté que nous accomplissons.

Ce que je dis ici, ça vaut également dans les assemblées. Je crois qu’il nous a absolument nécessaire de tout revoir dans notre fonctionnement. Nous avons beau avoir des projets par dizaines, par centaines, mais n’oublions pas que ce n’est pas notre volonté qui prime, mais celle de Dieu.

Et bien souvent, nous sommes persuadés que Dieu nous a parler pour X choses, et que nous agissons sur Son ordre en quelque sorte, mais finalement, nous agissons par notre propre force et sous ordre de notre chair, notre volonté. Non !

Le Seigneur veut, exige, toute la place ! Rappelons-nous que Dieu est jaloux ! Nous pensons trop souvent que depuis que Jésus est venu, cette parole est devenue caduc « car l’Eternel porte le nom de jaloux, il est un Dieu jaloux. » Exode 34 :14, mais non !

Rappelons-nous aussi qu’il « est le même hier, aujourd’hui, et éternellement. » Hébreux 13 :8

Dieu reste jaloux et n’aime pas du tout partager Sa Volonté avec la nôtre. Et c’est bien normal.

Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien.

Quand nous lisons ça, c’est notre ventre qui parle. Mais finalement « L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » Matthieu 4 :4

Bien sûr que notre Père prend soin de nous, et bien sûr qu’Il connait nos besoins en nourriture, c’est Lui qui nous créer encore une fois, mais ici lorsque Jésus nous enseigne, il fait surtout mention de la nourriture spirituellement dont nous avons besoin. Cette nourriture qui finalement, nous rejetons de plus en plus parce que nous n’avons pas le temps : la Parole de Dieu.

Nous aimons demander à Dieu de pourvoir à nos besoins, nous aimons demander au Père de prendre soin de nous, mais nous, nous, prenons-nous le temps de prendre soin de Lui ? Quand je dis prendre soin de Lui, je veux par là dire que Dieu désire vraiment que nous le connaissions plus et toujours plus.

Il désire vraiment que nous prenions un peu de temps pour s’approcher de Lui, mais finalement nous sommes égoïstes, nous pensons qu’à nous.

Lorsque nous demandons notre pain quotidien, il s’agit bien sûr de nourriture terrestre, car nous en avons besoin et « Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent. » Matthieu 7:11 Mais nous, prenons aussi en compte le fait que pour plaire au Père, apprenons à Le connaitre. Et comment Le connaitre ? En ouvrant la Parole et en demandant au Saint-Esprit de nous enseigner.

Pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés

Et ici aussi, je rentre dans un sujet sensible. Bien souvent nous demandons au Père de nous pardonner, mais nous, nous, avons-nous pardonnés ? « Mais si vous ne pardonnez pas, votre Père qui est dans les cieux ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. » Marc 11:26

Le manque de pardon dans les assemblées est trop présent et c’est l’un des maux qui est le plus présent. Quand nous nous adressons au Père, nous devons vraiment nous examiner encore une fois.

Prenons le cas de la Cène. Que nous dis la Parole ?

« Toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne. C’est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur. Que chacun donc s’éprouve soi-même, et qu’ainsi il mange du pain et boive de la coupe ; car celui qui mange et boit sans discerner le corps du Seigneur, mange et boit un jugement contre lui-même. C’est pour cela qu’il y a parmi vous beaucoup d’infirmes et de malades, et qu’un grand nombre sont morts. Si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés. Mais quand nous sommes jugés, nous sommes châtiés par le Seigneur, afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde. Ainsi, mes frères, lorsque vous vous réunissez pour le repas, attendez-vous les uns les autres. » 1 Corinthiens 11 :26-33

Un autre passage est révélateur : « Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère ; puis, viens présenter ton offrande. » Matthieu 5 :23-24

Si je parle ici de la Cène, c’est parce que trop souvent des chrétiens la prenne sans prendre conscience de l’acte qu’ils accomplissent. Lorsque nous prenons la Cène, nous nous souvenons de ce que Jésus a accompli pour nous : Il nous a rachetés, pardonnés. Et pourtant, nous, nous avons du mal à accepter de devoir pardonner et puis lorsque vint le moment de prendre la Cène, nous l’a prenons pour suivre le mouvement, mais non ! Examinons-nous ! On ne peut pas exiger au Père de nous pardonner si nous ne nous le pouvons pas ! Si je dis « exiger » c’est parce qu’au final, c’est ce qui ressort de notre comportement.

Ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin.

Alors sur ce sujet, il y a temps d’écrits. Il nous faudrait tout un enseignement sur ce point, mais ce que je peux dire ici c’est que Dieu ne tente pas. Le verbe induire vient du grec « Eisphero » qui veut dire « Amener dans ou vers ».  Le monde croit que Dieu est responsable de tous les maux sur terre. « Et pourquoi si Dieu existe il y a les guerres ? … », mais voilà. Il y a deux responsables : l’homme et le malin, satan.

Pour faire court, pour ne pas amener à la tentation, il faut s’approcher de Dieu, s’accrocher à Lui et être à l’écoute du Saint-Esprit, parce que finalement, Lui, on l’a bien mis de côté…

Cela veut-il dire que nous ne serons jamais tentés ? Absolument pas ! Nous restons encore dans ce corps terrestre, et comme le dit Paul :

« Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui le fais, c’est le péché qui habite en moi. Je trouve donc en moi cette loi : quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Romains 7:19-21

Ayons foi en notre Père qui nous a promis la Délivrance. Si nous péchons et que nous nous repentons réellement, Il nous pardonnera et nous délivrera. 

Ce qui est surprenant ici, c’est que bien souvent, nous péchons volontairement, nous demandons vite fait bien fait pardon, et nous allons à la banque réclamer. Mais Jésus ne nous enseigne pas ça.

Car c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire.

Nous commençons une prière en mettant Dieu Tout-Puissant à Sa Juste Place et nous la terminons de la même manière. C’est à Lui que revient le Règne sur toute chose, c’est à lui que revient la Puissance sur toutes choses et c’est encore une fois à Lui que revient toute la Gloire. C’est à Lui et à Lui seul.

Dans nos vies, parfois, nous tentons de différentes manières à voler Dieu. Nous volons le Règne dans nos vies et même sur terre. Nous ne voulons pas qu’Il revienne, nous voulons vivre une vie où nous avons le contrôle sur tout. Mais surtout, nous lui volons la Gloire.

Des chrétiens qui se prennent pour Dieu, ça existe. Et des chrétiens qui prennent la Gloire de Dieu pour la donner aux hommes ça existe aussi. On applaudit plus l’homme que Dieu.

Souvent nous disons « J’ai guéri tel ou tel personne » mais NON ! Jésus a guéri à travers toi.

Nous appelons père et seigneur nos ainés alors que Jésus nous a pourtant bien dit de : « n’appelez personne sur la terre votre père ; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. » Matthieu 23 : 9

Et quand nous faisons tout, nous en avions pas forcément conscience et pourtant. Le plus souvent, nous faisons que suivre le troupeau.

Mais lorsqu’il y a une brebis un peu rebelle qui se souvient de ce que la Parole nous enseigne et qu’elle avertit ensuite ses frères et sœurs, très souvent elle est rejetée et la question est simple : pourquoi ? Je vous laisse y réfléchir.

Amen

Et là on finit une prière faite au Père, par un Amen.

Amen veut dire « que cela soit fait » ou « ainsi soit-il » mais je rajouterais, « Amen selon ta volonté » Que tout ce que je te demande Père, soit fait selon Ta Volonté.

Prier la bonne prière, dans les temps prophétiques dans lesquels nous vivons

Alors ici je vais parler d’un sujet encore plus sensible et beaucoup ne seront pas d’accord avec moi, je le sais. Mais depuis plusieurs semaines et même mois, je vois, j’entends des prières qui m’irritent les oreilles.

On ne peut pas et on ne doit pas prier que pour Jésus ne revienne pas maintenant

Premier point : on ne donne pas d’ordre au Seigneur.

Deuxième point : si on demande (exige) ça, je recommande à ces personnes d’ouvrir immédiatement la Parole et de se rendre à Matthieu 24 et 25. De lire le livre de l’Apocalypse, la prophétie de Daniel 12, Zacharie 14 etc… 

Troisième point : si on demande (exige) ça, c’est qu’on n’aime pas le Seigneur. Aimer le Seigneur, c’est désirer ardemment qu’Il établisse Son Règne sur la terre. En d’autres termes, ne pas désirer l’arrivée et le règne de Jésus signifie tout simplement que nous ne faisons pas parti de l’Épouse.

Je suis dur dans mes propos, mais toute la Parole de Dieu est basée sur cette promesse. Prier à contre sens de cette promesse est impensable si nous sommes enfants de Dieu.

Prier à l’encontre des jugements de Dieu ? VRAIMENT ?

Quand je vois des personnes prier contre les jugements de Dieu, ca m’inquiète.

Ça m’inquiète parce que je ne sais si elles ont conscience de ce qu’elles disent.

Premier point : les jugements de Dieu sur la terre actuellement sont là pour dire et à l’Eglise et au monde, repentez-vous, Jésus revient.  Priez contre ses jugements et vous allez à l’encontre du but.

Deuxième point : les jugements sont douloureux, et ils sont toujours douloureux.

Troisième point : Comme dit dans un message précédent, lorsque nous vivons les jugements, ce n’est pas à Dieu de ralentir, mais à nous de nous repentir et nous préparer. Quand nous demandons au Seigneur d’apaiser Sa Colère, c’est ôter cette opportunité pour le Peuple de Dieu de s’examiner. Et oui, malgré les on dit, il y a une règle : si on se repent, Dieu apaise. En fait, ce n’est pas la peine de demander au Seigneur d’apaiser Sa Colère, si nous agissons, si nous courbons l’échine devant Sa Puissance et Sa Volonté, Il apaisera Sa Colère envers Son Peuple. Il l’apaisera envers Son Peuple, mais pas envers le monde qui lui le rejette encore plus et se rebelle contre Lui. En fait, c’est nous qui avons les cartes en mains, ces cartes que le Seigneur nous a donnés.

Quatrième point : Les jugements commence toujours dans le Peuple de Dieu. Mais nous vivons actuellement plusieurs jugements à la fois. Et il y a aussi une chose que nous devons absolument comprendre c’est que ce nous vivons actuellement c’est un Test. Dieu est en train d’éprouver notre foi.

Cinquième point : Nous vivons nos dernières heures (allez savoir), nous avons a passé par là, que nous le voulons ou pas. Nous avons à passer par la case lavage, essorage, tamis etc… Nous allons être lavés, purifiés. Demandez à votre linge si lorsque vous le passez à la machine, il n’est pas secoué dans toutes les sens et à des vitesses vertigineuses pour lui. Bien sûr il y a différents programmes, mais la phase d’essorage, qui est la dernière phase avant de sortir plus blanc que blanc, c’est bien du 900 – 1200 tours / minutes. Bon bien sûr, ne parlez pas à votre ligne, sinon vous allez finir en HP, mais bon, vous avez compris…Nous ne sommes du linge, mais l’image est, je trouve, assez juste.

Pour conclure, nous avons besoin, plus que jamais de prier, mais de prier les bonnes prières. C’est nécessaire, obligatoire, vitale si nous voulons tenir.

Soyez bénis.

Nathaniel

There are 2 comments

  1. J-M DUFOUR

    je suis d’accord avec le notre Père que Jésus Christ nous à laissé
    mais ne suis pas d’accord avec PAPA, car Jésus n’a jamais appelé sont père Céleste,
    PAPA alors je ne vois pas pourquoi nous le ferions nous ne sommes pas supérieurs à LUI.
    (je ne dis pas cela pour blesser qui que ce soit, mais pour remettre les choses a sa place).
    Bien Fraternellement
    ps. Et cela devient très commun dans nos églises.

    J'aime

  2. dufour

    amen ,celui qui aime vraiment le CHRIST n,a qu’un désir être avec LUI. Sans LUI la vie n,a aucun sens ,et aucun désir de rester sur cette terre . L,ESPRIT et l,ÉPOUSE disent viens SEIGNEUR JÉSUS. AMEN

    J'aime

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s