Périodes périlleuses sans précédent

« Aie pitié de moi, Ô Dieu, aie pitié de moi !  Car en toi mon âme cherche un refuge ; Je cherche un refuge à l’ombre de tes ailes, jusqu’à ce que les calamités soient passées. »  (Psaumes 57:2)

« Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi ; Ta houlette et ton bâton me rassurent. »  (Psaumes 23:4)

« Veillez donc et priez en tout temps afin que vous ayez la force d’échapper a toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme. »  (Luc 21:36)

Dans ce bulletin, nous examinerons un monde qui a changé rapidement et radicalement.  Au cours du dernier mois, le monde entier a été englouti par une pandémie mondiale provoquée par une infection à coronavirus connue sous le nom de COVID-19. 

Cette maladie a touché tous les continents sauf l’Antarctique et a affecté la vie de presque tout le monde.  Aux États-Unis, la maladie à l’heure actuelle se propage rapidement et ne devrait que s’aggraver à court terme.  En réponse, la Constitution des États-Unis a été effectivement suspendue, les gouverneurs du pays ayant ordonné aux résidents de rester chez eux, mettant ainsi la grande majorité des citoyens américains dans une situation très similaire à la loi martiale.  Partout dans le pays, les entreprises ont fermé, les magasins ont fermé, les églises ont reçu l’ordre de ne pas se réunir, les écoles et les universités sont désertes et des millions de personnes sont maintenant sans travail et sans revenus.  Dans de nombreuses régions, les troupes de la Garde Nationale ont été appelées et les masses sont nerveuses, aliénées et effrayées. Rien de tel ne s’est jamais produit auparavant ; Nous vivons à une époque périlleuse sans précédent.  Comment en sommes-nous arrivés là et quelles seront les ramifications à long terme de cette crise ?

Un nouveau virus

Lorsqu’un nouveau virus est découvert par des épidémiologistes et des experts qui étudient les maladies, ils l’appellent nouveau.  Ce terme signifie simplement qu’il est nouveau et n’a jamais affligé les êtres humains.  La maladie connue sous le nom de COVID-19 ou maladie du coronavirus 2019 est causée par une toute nouvelle souche de coronavirus appelée « syndrome respiratoire aigu sévère coronavirus 2 » ou SARS-CoV-2 pour faire court.  Comme son nom l’indique, ce nouveau virus est relié au SRAS-CoV, un virus qui est apparu pour la première fois en Chine en 2002 et a déclenché une épidémie.  Dans l’ensemble, 8098 personnes ont été infectées par le SRAS et 774 personnes sont décédées avant que l’épidémie ne soit finalement réprimée en 2003.  La maladie est connue pour provoquer une toux sèche, des difficultés respiratoires et un assortiment de symptômes pseudo-grippaux.  Au moment de sa découverte, le SRAS a causé beaucoup de peur et d’anxiété, mais l’épidémie a été relativement de courte durée, et bien que les décès aient été tragiques, ils auraient certainement pu être bien pires.  Il s’avère que le successeur du SRAS, maintenant connu sous le nom de COVID-19, sera bien pire.

Comme le SRAS, le virus derrière COVID-19 est apparu en Chine.  Le point exact de son arrivée est inconnu, bien qu’il ait été signalé pour la première fois fin 2019.  Les symptômes de cette maladie sont similaires au SRAS (toux sèche, fièvre, essoufflement, difficulté à respirer et pneumonie) et, malheureusement, beaucoup plus virulent et transmissible.  Au tout début de son existence, lorsque COVID-19 commençait à se propager à Wuhan, en Chine, les autorités chinoises ont continuellement minimisé la gravité de ce nouveau virus et ont insisté à maintes reprises sur le fait qu’il n’y avait aucune preuve de transmission interhumaine.  Pourtant, le 21 décembre 2019, les médecins de Wuhan ont commencé à remarquer un « groupe de cas de pneumonie de cause inconnue ».  Le 30 décembre 2019, le Dr Li Wengliang a envoyé un avertissement à ses collègues concernant une nouvelle maladie qui ressemblait au SRAS, les exhortant à la prudence.  Peu de temps après, l’expert chinois en santé publique Tao Lina a déclaré à l’Organisation Mondiale de la Santé : « Je pense que nous sommes maintenant tout à fait capables de le tuer dans la phase initiale, étant donné le système chinois de contrôle des maladies, la capacité de traitement d’urgence et le soutien de la médecine clinique ».  La Chine a continué de supprimer les informations et le 1er janvier 2020, le Dr Li a été arrêté pour « propagation de rumeurs ».  Il est décédé plus tard après avoir été infecté par la maladie.  Afin de resserrer encore le contrôle, le gouvernement chinois a ordonné aux laboratoires de détruire ou de transférer tout échantillon qu’ils avaient du virus le 3 janvier 2020.

Ce n’est que le 6 janvier 2020 que le New York Times a publié son tout premier rapport sur le virus.  À l’époque, l’article rapportait que « 59 personnes dans la ville centrale de Wuhan ont été malades d’une pneumonie ».  Au 13 janvier 2020, le tout premier cas d’infection à l’extérieur de la Chine avait été signalé en Thaïlande.  Deux jours plus tard, le premier cas a été signalé au Japon.  Alors que le virus continuait de se propager, la Chine a inexplicablement autorisé 40.000 familles à se rassembler et à partager de la nourriture le 18 janvier 2020 pour célébrer le nouvel an lunaire.  Pendant tout ce temps, la Chine a minimisé le virus, déclarant le 19 janvier 2020 que les infections à coronavirus étaient  « toujours évitables et contrôlables ».  Puis vint le jour fatidique du 21 janvier 2020.  Ce jour-là, le tout premier cas de COVID-19 a été signalé aux États-Unis. Un résident du comté de Snohomish, dans l’État de Washington, a été diagnostiqué avec la maladie après son retour de Chine six jours auparavant.

Fin janvier 2020, la Chine ne pouvait plus cacher le fait que le COVID-19 se propageait.  Des mesures extraordinaires ont été prises pour contenir le virus, notamment la mise en quarantaine forcée de la ville de Wuhan et des environs. Au total, environ 56 millions de personnes ont été isolées du monde extérieur et enfermées.  Il s’agissait de la plus grande quarantaine de l’histoire de l’humanité, et cette évolution a choqué le monde.  Depuis ce temps, le virus s’est propagé dans le monde entier et de nombreux autres pays ont mis en quarantaine ou enfermé leur population tout en restreignant les déplacements et en interdisant les voyages.  Les frontières entre de nombreux pays ont été fermées.

Pourquoi la Chine a-t-elle continuellement menti sur les dangers du COVID-19 ?  Si le gouvernement chinois avait été plus ouvert sur la menace de ce nouveau virus, d’autres pays auraient peut-être pu prendre des mesures pour empêcher sa propagation plus tôt.  S’agissait-il simplement d’un pays fier qui essayait d’éviter l’embarras ou est-ce que le gouvernement chinois espérait que le virus se propagerait aux États-Unis ?  Dans l’état actuel des choses, les tendances actuelles indiquent que COVID-19 sera beaucoup plus dommageable pour les États-Unis que pour la Chine.  Alors que la Chine semble contenir le virus et se prépare à rouvrir la ville de Wuhan et d’autres zones de quarantaine, les États-Unis ont été plongés dans un chaos total et ont maintenant plus de cas de COVID-19 que la Chine.  Il est intéressant de noter que The Independent a publié un article en octobre 2017 qui déclare dans son titre : « La Chine révèle son intention de devenir la plus grande superpuissance du monde d’ici 30  ans ».  En réalité, cela pourrait ne pas prendre autant de temps.  Un article publié en janvier 2020 rapporte que « 57% des investisseurs mondiaux prévoient que la Chine remplacera les États-Unis en tant que plus grande superpuissance mondiale d’ici 2030 ».  Pendant ce temps, l’économie américaine s’effondre, le chômage augmente et cette nation a été gravement affaiblie.

Une tragédie italienne

À l’heure actuelle, le nombre d’infections au COVID-19 dans le monde dépasse les 600.000. (Note de la rédaction : ce nombre a maintenant dépassé 900.000.) Certains pays ont été particulièrement durement touchés et cela inclut une  grande partie du continent européen.  Le pire de tous est l’Italie où 9134 personnes sont mortes au moment de la rédaction de cet article.  Dans un rapport publié plus tôt dans la journée du 27 mars 2020, la BBC rapporte que 919 citoyens italiens sont morts au cours des vingt-quatre dernières heures.  C’est le pire bilan quotidien de morts à ce jour.  À ce jour, il y a eu 86.500 cas de COVID-19 en Italie.  Alors que l’épidémie a commencé dans la région du nord du pays connue sous le nom de Lombardie, elle se déplace rapidement vers le sud et ceci a incité Vincenzo De Luca, président de la région de Campanie, à  dire : « À ce stade, il existe une perspective réelle que la tragédie de la Lombardie soit sur le point de devenir la tragédie du sud ».

Malheureusement, le nombre élevé de décès en Europe n’est peut-être même pas un chiffre exact.  Un reportage du 20 mars 2020 indique que tant de personnes sont mortes en Italie qu’elles ont cessé de compter les morts pendant un certain temps.  « Nous travaillons dans un état de stress et de tension très élevé. Malheureusement, nous ne pouvons pas contenir la situation en Lombardie, il y a un niveau élevé de contagion, et nous ne comptons même plus les   morts », déploré l’infirmière Daniela Confalonieri.  La majorité des décès sont des personnes âgées, 86% des décès affectant des personnes âgées de 70 ans ou plus et 10% supplémentaires touchant les personnes âgées de 60 à 69 ans.

Le peuple italien est en lock-out et le désespoir s’installe alors que les restrictions se font de plus en plus strictes.  Presque toutes les entreprises sont fermées et l’armée a été déployée dans le but de maintenir l’ordre et de contenir la propagation des maladies.  En d’autres termes, le peuple est soumis à la loi martiale.  Le 26 mars, les restrictions ont de nouveau été renforcées et presque toutes les usines ont été fermées.  À quel point est-ce vraiment mauvais ?  Le 17 mars 2020, une lettre d’une Italienne nommée Ida Garibaldi a été publiée par le Washington Post.  Dans cette lettre, elle a écrit : « Les restrictions nous ont été imposées lentement mais sûrement.  En deux semaines, nos anciennes vies ont disparu.  D’abord, les écoles ont fermé, puis la distanciation sociale.  Ensuite, le gouvernement a verrouillé les zones les plus durement touchées : Plus de va-et-vient dans certaines provinces, mouvements limités dans les « zones rouges ». Puis tout le pays a fermé ses portes.  La plupart des magasins ont fermé leurs portes.  Les personnes qui pouvaient être invitées au télétravail, celles qui ne le pouvaient pas et qui n’avaient pas d’emploi lié à la poursuite des services essentiels étaient placées à temps partiel ou en congé sans solde.  Lorsque nous sommes sortis, nous avons dû porter un laissez-passer expliquant nos raisons d’être à l’extérieur pour montrer aux agents des forces de l’ordre qui patrouillent dans les rues ».  Elle a également écrit dans sa lettre : « … Sans le temps de s’adapter à une perte progressive de liberté, nous ne l’aurions pas acceptée ».  Alors que la lettre arrive à son terme, Garibaldi s’adresse directement au peuple américain et avertit : « En écrivant cela de l’Italie, je vous écris également de votre propre avenir.  Depuis notre état d’urgence, nous avons regardé la crise se dérouler aux États-Unis, avec un terrible sentiment de pressentiment ».  À ce jour, nous, le peuple des États-Unis, commençons à comprendre.  Bon nombre des restrictions imposées au peuple italien nous sont désormais imposées, et il est très possible que ces mesures deviennent plus strictes dans les jours à venir.

Liberté suspendue

Le célèbre hymne national des États-Unis, connu sous le nom de « Star Spangled Banner », parle d’un « pays libre et de la maison des braves ». Pourtant, ce qui se passe actuellement dans ce pays nous montre clairement que les États-Unis ne sont plus un pays libre.  C’était incroyable de voir la transition.

Le 11 mars 2020, le président américain Donald Trump s’est adressé à la nation via la télévision dans le but de rassurer le public concernant l’aggravation de la crise des coronavirus.  Comme indiqué dans le discours, c’est le même jour que l’Organisation Mondiale de la Santé a officiellement déclaré une pandémie mondiale de coronavirus.  Le président Trump a ensuite annoncé qu’il y aurait de nouvelles restrictions de voyage mises en place avec des personnes de la plupart des endroits en Europe étant interdites d’entrée aux États-Unis.  Dans de nouveaux efforts pour rassurer un public anxieux, Trump a informé son auditoire : « La grande majorité des Américains : Le risque est très faible.  Le risque est pour la population âgée ayant des problèmes de santé sous-jacents.  La population âgée doit être très, très prudente ».  Bien que Trump espérait probablement calmer les masses, il est rapidement devenu évident que l’hystérie s’installe.

Le lendemain, 12 mars 2020, j’ai commencé à sentir qu’une tempête allait arriver, alors j’ai commencé à travailler rapidement pour rassembler les fournitures pour ma maison.  Étonnamment, ma femme et moi avons pu trouver une dernière bouteille de désinfectant pour les mains cachée à l’arrière de l’étagère du magasin.  Nous avons également pu nous procurer d’autres fournitures et, tout de suite après, les magasins ont commencé à se vider.  J’ai regardé avec étonnement les gens amasser du papier hygiénique, des conserves, des aliments non périssables et des nettoyants ménagers.  Les rayons des magasins ont été vidés, et dès qu’ils ont été réapprovisionnés, ils ont été à nouveau vidés par des acheteurs effrénés.  On m’a dit qu’un magasin Costco Warehouse à proximité avait reçu deux camions de papier hygiénique le matin du 13 mars 2020.  Il a été vendu en moins d’une heure.  L’idée m’est venue à l’esprit que si les camions cessaient de livrer, les étagères de nos supermarchés seraient complètement stériles en une seule journée.

Peu de temps après, les maires et les gouverneurs des États-Unis ont commencé à adopter des mesures draconiennes.  Les écoles publiques ont été fermées, les rassemblements publics et privés étaient limités, les entreprises jugées non essentielles ont été fermées et les restaurants ont été invités à fermer leurs salles à manger.  Puis, le 16 mars 2020, il a été annoncé que les comtés de San Francisco, Santa Clara, San Mateo, Marin, Contra Costa et Alameda dans l’État de Californie avaient émis une série d’ordonnances de « mise à l’abri sur place ».  Ces ordonnances exigeaient que tous les citoyens de ces comtés restent chez eux à moins qu’ils n’exercent une activité essentielle et autorisée.  Le Dr Sara Cody, l’agent de santé du comté de Santa Clara, a expliqué pourquoi ils ont fait ce qu’ils ont fait.  « Nous assistions à un point de basculement ici dans le comté de Santa Clara avec une croissance exponentielle de nos cas.  Au cours du week-end, j’ai eu une discussion avec d’autres agents de santé dans la région de la baie et nous avons réalisé que nous sommes une région et que ce qui se passe à Santa Clara se déroulera bientôt dans les juridictions adjacentes.  Nous avons décidé collectivement que nous devions agir rapidement le plus tôt possible pour empêcher toute propagation.  Ces ordres ont été élaborés avec beaucoup de réflexion et avec grand soin.  Ils ont également été élaborés très, très  rapidement ».  L’ensemble de l’État de Californie emboîterait bientôt le pas au gouverneur Gavin Newsom ordonnant à tous les Californiens de rester chez eux à compter du 19 mars 2020.  Peu de temps après, les commandes dans d’autres États ont commencé à tomber comme des dominos, et à partir du 28 mars 2020, des ordonnances « rester à la maison »« un abri sur place » et « plus sûr à la maison » ont été promulguées dans 26 États, 66 comtés, 14 villes et un territoire. Ces ordres restreignent le mouvement de 229 millions d’Américains.

Dans mon état d’origine, le Wisconsin, le gouverneur Tony Evers a émis un ordre « plus sûr à la maison » qui oblige tous les mouvements non essentiels des Wisconsinites à rester chez eux autant que possible, nous permettant de mener uniquement des activités telles que le magasinage de produits d’épicerie et de fournitures, ou faire des promenades pour prendre l’air et faire de l’exercice. L’ordonnance est entrée en vigueur le 25 mars 2020 et sera en vigueur jusqu’au 24 avril 2020, mais heureusement, le bureau de poste reste ouvert et si Dieu le veut, nous pourrons envoyer cette lettre de nouvelles.  Chose intéressante, le gouverneur Evers a choisi d’appeler cela un ordre « plus sûr à la maison » parce qu’il ne voulait pas que les Wisconsinites pensent qu’ils sont soumis à la loi martiale.

Alors que les gouverneurs ont cherché à assurer à leurs citoyens que ces ordonnances de rester à la maison ne sont pas de la loi martiale, nous constatons que ces règles deviennent de plus en plus rigides.  Depuis que de nombreuses entreprises ont fermé et que les lieux de divertissement ne sont plus ouverts, les gens se sont rassemblés dans des lieux publics bondés.  Cependant, des responsables de San Francisco, en Californie, ont annoncé qu’ils sévissaient contre un tel comportement.  « Nous avons vu un certain nombre de zones dans notre ville qui étaient pleines à craquer et les gens jouaient au volley-ball et au basket-ball », s’est plaint le maire de San Francisco, London Breed.  « Ce que nous voulons que les gens fassent, c’est de rester à la maison et quand ils ont besoin d’air, de marcher dehors et d’aller dans un parc près de votre quartier.  Veuillez ne pas monter dans votre voiture et conduire ».  Le chef de la police de San Francisco, Bill Scott, a averti que ceux qui refusent d’obéir aux règles seront punis.  « Pour ceux qui ont été avertis à plusieurs reprises, il viendra un moment où nous devrons faire respecter.  C’est juste une réalité », a averti le chef.  L’exécution entraînerait probablement des amendes pécuniaires ou des peines de prison pour les contrevenants.

Sans aucun doute, le peuple américain est maintenant contraint à un niveau jamais vu auparavant dans l’histoire moderne.  Aussi mauvais qu’il soit en ce moment, cela pourrait certainement empirer.  Considérez ce qui se passe actuellement dans l’État du Rhode Island.  Le 27 mars 2020, Bloomberg News a rapporté que des policiers faisaient du porte-à-porte à la recherche de New-Yorkais qui tentaient d’échapper au chaos de leur pays d’origine.  Ces policiers du Rhode Island sont assistés par la Garde Nationale.  Lorsque des New-Yorkais sont trouvés, la police ou l’armée leur ordonne de passer en quarantaine obligatoire pendant quatorze jours.  Des troupes de la Garde Nationale ont également été stationnées aux arrêts de bus, aux gares d’Amtrak et à T.F. Aéroport vert pour intercepter tout New-Yorkais essayant d’entrer dans l’État.  « En ce moment, nous avons un risque identifié », a déclaré la gouverneure du Rhode Island, Gina Raimondo.  « Ce risque s’appelle New York ».  Elle a poursuivi en disant : « Hier, j’ai annoncé et aujourd’hui, j’ai réitéré : Toute personne venant de Rhode Island de quelque manière que ce soit de New York doit être mise en quarantaine.  Par ordonnance.  Sera appliquée.  Applicable par la loi. »  Ne vous y trompez pas, lorsque les troupes font du porte-à-porte, patrouillent dans les rues et surveillent les points d’entrée dans l’État, c’est la loi martiale !  Si cela peut se produire dans l’État du Rhode Island, cela peut également se produire dans d’autres États.  Plus de 11.400 soldats de la Garde nationale avaient été mobilisés aux États-Unis au 18 mars 2020.

L’impact durable de la crise des coronavirus

Des choses incroyables se produisent dans notre monde à cause de ce virus. Même si le virus est vaincu, les ramifications à long terme de cette crise ne peuvent être sous-estimées.  Les économies de nombreux pays sont en grande difficulté, y compris celle des États-Unis, qui pourraient bientôt se retrouver en proie à une récession économique ou à une dépression.  Un titre de CNBC publié le 20 mars 2020 déclare : « Les pertes d’emplois à venir seront différentes de tout ce que les États-Unis ont jamais vu ».  Une histoire publiée le 24 mars 2020 par le Miami Herald insiste sur le fait que le United States Postal Service est maintenant au bord de la faillite complète et ne survivra pas à l’été 2020 sans intervention et financement d’urgence du gouvernement.  En outre, alors que des milliers de petites entreprises ferment leurs portes pour se conformer aux ordonnances du gouvernement pendant la crise des coronavirus, il est très possible que beaucoup d’entre elles ne rouvrent jamais.  Je soupçonne que COVID-19 va accélérer la disparition d’innombrables magasins de briques et de mortier, dont beaucoup souffraient avant même le début de la crise.  La fermeture généralisée de magasins de détail aux États-Unis est connue sous le nom de « l’apocalypse de la vente au détail ».

La crise des coronavirus pourrait également inaugurer une société américaine sans espèces.  Selon Bloomberg News, un nombre croissant de restaurants et d’entreprises demandent aux clients de ne pas utiliser d’argent liquide car ils craignent que les factures papier ne soient contaminées par le coronavirus.  L’article suggère que les inquiétudes concernant le virus pourraient « d’événement déclencheur », éloignant davantage de personnes de la monnaie physique.  « Les paiements numériques sont déjà considérés comme bons pour la société par le gouvernement parce qu’ils aident à l’inclusion financière ; ils génèrent des recettes fiscales et éliminent la corruption.  C’est une autre raison : Oh, et c’est aussi hygiénique », a déclaré Lisa Ellis, analyste à la recherche, connue sous le nom de Moffet Nathanson.  Notons ici qu’un projet de loi de relance proposé par Nancy Pelosi et les démocrates proposait la mise en place d’un nouveau système monétaire aux États-Unis appelé « dollar numérique ».  Le système aurait été administré par la Réserve Fédérale et aurait donné à chaque Américain un portefeuille numérique.  Cette nouvelle forme d’argent a été suggérée comme un moyen de s’assurer que tout le monde reçoit son argent de relance, y compris ceux qui n’ont pas de compte bancaire.  Bien que cette disposition ne soit pas entrée dans le projet de loi de relance signé par Donald Trump en mars 2020, il semble probable que des propositions similaires refont surface à l’avenir.  Si ce nouveau système est mis en place, je soupçonne fortement qu’il finira par être rendu obligatoire et remplacera la monnaie physique.

En terminant, je suis sûr que la plupart des gens se demandent où nous irons d’ici et ce qui se passera ensuite.  J’espère que nous surmonterons cette crise et que nous pourrons revenir à un semblant de normalité.  Jusque-là, malgré le fait que nous, le peuple, avons maintenant de nombreuses limitations imposées, souvenez-vous que Dieu n’est jamais loin de son peuple.  Même si on nous ordonne d’observer la « distanciation sociale », nous pouvons nous consoler du fait que nous n’avons pas à nous éloigner de Dieu.  Jacques 4:8 nous dit : « Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous.  Nettoyez vos mains, pécheurs ; Purifiez vos cœurs, hommes irrésolus. » Nous pouvons nous tourner vers notre Dieu dans la prière, et nous devrions prier maintenant plus que jamais auparavant.  Jésus nous dit dans Luc 21:36 : « Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme. »  Par la prière, nous pouvons maintenir une connexion constante et inébranlable avec notre Père céleste.  Les Écritures assurent également que Dieu est notre refuge et que nous pouvons nous tourner vers lui en ces temps de grande douleur et de détresse.  Psaumes 46:2 promet : « Dieu est pour nous un refuge et un appui, un secours qui ne manque jamais dans la détresse. »  De la même manière, Psaumes 57:2 nous dit : « Aie pitié de moi. Ô Dieu, aie pitié de moi !  Car en toi mon âme cherche un refuge ; Je cherche un refuge à l’ombre de tes ailes, jusqu’à ce que les calamités soient passées. »

Merci à tous pour votre soutien aimable à ce ministère.  Nous continuerons à vous servir aussi longtemps que nous le pourrons et nous avons pleinement confiance en Dieu pour nous aider à traverser les jours à venir.  Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous tous.  Amen.

Source: LAST TRUMPET MINISTRIES

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s